Michael Parenti : « Tuer Une Nation : L’Assassinat De La Yougoslavie »

« Le « plus grand défi militaire » – d’après l’expression de Clinton – de l’histoire de l’OTAN, fut en fait un passage à tabac sadique d’un petit pays par les forces militaires les plus puissantes du monde.« 

Après le renversement du communisme en Europe de l’Est et en Union soviétique, la République fédérale de Yougoslavie est restée le seul pays de la région à n’avoir pas rejeté ce qui restait de son socialisme pour installer à la place un système de marché sans entrave à la pénétration du capital. Lire la suite de « Michael Parenti : « Tuer Une Nation : L’Assassinat De La Yougoslavie » »

Gouverner par le chaos – Ingénierie sociale et mondialisation

À partir du XXème siècle, la politique s’est déplacée et concentrée sur des questions purement techniques d’ingénierie des comportements et d’optimisation de la gestion des groupes. Ces pratiques regroupent et appliquent différentes sciences dites de gestion tels le marketing, la cybernétique, le management, la PNL, le storytelling. Leur usage sur une population reconfigure les individus dans le sens d’une standardisation afin de prévoir leur comportement et d’opérer une prise de contrôle Lire la suite de « Gouverner par le chaos – Ingénierie sociale et mondialisation »

L’ami américain

Révélation sur cette guerre secrète, qui dure depuis trois décennies, et que les Etats-Unis ont menée contre la France, notamment contre Charles de Gaulle. Les hostilités ont commencé dès 1940, lorsque Washington a préféré Pétain, Darlan ou Giraud à De Gaulle. L’explication réside dans le fait que le fondateur de la Ve République estimait qu’amitié ne devait pas rimer avec vassalité.


Disponible chez Gibert, commande en ligne, retrait gratuit en magasin

Pourquoi de Gaulle refusa-t-il, en 1964, de présider les commémorations du vingtième anniversaire du débarquement allié en Normandie ? Parce qu’il se souvenait que, sans sa volonté farouche de faire échec aux plans de Roosevelt, la France ruinée de 1944 n’aurait pas été traitée autrement que l’Allemagne vaincue, privée d’une fraction de son territoire et placée sous administration militaire américaine. Pis, c’est sur une partie des élites de Vichy que, durant tout le confit, la Maison-Blanche avait misé pour barrer la route à l’homme du 18-Juin.

Grâce aux archives déclassifiées, mais aussi à des témoignages inexploités, il est désormais possible de raconter pour la première fois cette « guerre de trente ans » qui, de 1940 à 1969, opposa le Connétable de la France libre à la volonté de puissance des Etats-Unis. Alors que, aux instants les plus cruciaux de la guerre froide, le soutien du Général resta toujours acquis à Washington, le Département d’Etat et la CIA ont beaucoup tenté pour l’éliminer de la scène internationale. Du financement du FLN algérien au concours prêté à l’OAS, de l’espionnage nucléaire à la corruption d’une partie de la classe politique française, en passant par l’enrôlement d’Hollywood dans la croisade antigaulliste, Eric Branca raconte avec verve l’histoire secrète et inédite d’un conflit rendu d’une brûlante actualité par l’élection de Donald Trump.

Article de l’auteur ÉRIC BRANCA : « MONNET N’ÉTAIT PAS LE SEUL À SOUHAITER L’INFÉODATION DE LA FRANCE. »